Changements à l’échelle de la distribution

Amélioration de la collecte des données d’utilisation via DNF

Avant Fedora 32, le projet Fedora estimait le nombre de systèmes Fedora installés en comptant les adresses IP uniques qui accèdent aux mises à jour des miroirs officiels. Cette approche est très imprécise pour de multiples raisons, telles que le sous-dénombrement dû au NAT et le surdénombrement dû aux baux DHCP courts et aux ordinateurs portables se déplaçant entre différentes connexions réseau, et cette approche ne permet pas non plus de distinguer les variantes de Fedora. En même temps, des mesures d’utilisation précises sont très utiles pour tout projet logiciel qui veut servir sa communauté et rester pertinent. Le projet Fedora a donc exploré les moyens d’obtenir des informations plus utiles sans compromettre la vie privée de ses utilisateurs.

Dans Fedora 32, lorsque le système installé contacte l’un des miroirs officiels de Fedora, il fournit les informations suivantes (« agent utilisateur ») :

  • Version de Fedora (telle que « Fedora 32 »).

  • Variante de Fedora (telle que « Serveur »).

  • Système d’exploitation et architecture (tel que « Linux.x86_64 »).

  • Une nouvelle variable « countme » a été introduite.

La variable « countme » est utilisée par le projet Fedora pour déterminer l’âge du système. La variable a quatre valeurs possibles :

  • 1 dans la première semaine de l’installation — entre 0 et 7 jours.

  • 2 entre la première semaine et le premier mois d’installation — entre 8 et 30 jours.

  • 3 entre le premier mois et les six premiers mois d’installation — entre 31 et 180 jours.

  • 4 après les six premiers mois d’installation — à partir de 180 jours.

Grâce à ce système, le projet Fedora peut mesurer les niveaux d’utilisation de diverses combinaisons d’architectures et de variantes et recueillir des données sur l’utilisation à court et à long terme de chaque variante. En même temps, ce système permet d’éviter de recueillir des informations d’identification sur les systèmes des clients.

Si vous souhaitez désactiver ce comportement, modifiez la valeur du booléen « countme » dans la configuration de DNF. Consultez la page de manuel dnf.conf(5) pour plus de détails.

Ce système ne sera pas actif du côté du projet Fedora au moment de la sortie de Fedora 32, car la partie côté serveur n’est pas prête. Les clients enverront leur agent utilisateur en incluant « countme », mais il ne sera pas traité dans un premier temps.

Les supports optiques physiques ne nécessitent plus de tests pre-GA

Depuis Fedora 32, le système d’exploitation à installer à partir du support optique physique n’aura pas besoin d’être testé avant la disponibilité générale. Cependant, les problèmes concernant le démarrage à partir du support physique seront toujours traités comme des bogues bloquants.

Le changement affectera les images suivantes :

  • Fedora-Everything-netinst-x86\_64-<RELEASE_MILESTONE>.iso

  • Fedora-Workstation-Live-x86\_64-<RELEASE_MILESTONE>.iso

Ce changement vise à répondre à la tendance à la baisse constante du nombre de nouveaux ordinateurs et portables équipés de lecteurs de CD/DVD, et aux erreurs que l’installation sur ce média entraîne.

En conséquence, l’équipe QE de Fedora et les testeurs de la communauté auront une plus grande capacité à tester les parties de Fedora qui sont beaucoup plus visibles et exposées aux utilisateurs finaux.

En raison de certains bogues, les utilisateurs peuvent ne pas être en mesure, dans certains cas, de terminer l’installation à partir d’un support optique.

Changements de paquetage dans le paquet clang-libs

Le paquet clang-libs n’inclut plus les bibliothèques de composants individuelles comme libclangBasic.so, libclangAST.so et ainsi de suite. Les paquets qui dépendent des bibliothèques clang sont maintenant liés à libclang-cpp.so.

En conséquence de ce changement :

  • Il y a une meilleure stabilité dans Fedora et un temps de démarrage des applications.

  • Les utilisateurs finaux qui développent des applications en utilisant les bibliothèques clang sont tenus de mettre à jour leurs applications pour utiliser libclang-cpp.so au lieu des bibliothèques de composants individuelles.

  • Les utilisateurs finaux qui utilisent les paquets Fedora qui dépendent des bibliothèques clang ne sont aucunement impactés par ce changement.

Ajout de la prise en charge des paquets AArch64 et ppc64le avec une disponibilité étendue des paquets dépendant de FPC

Une version mise à jour (3.2.0) du compilateur Free Pascal est maintenant disponible avec Fedora 32. Avec le Free Pascal Compiler mis à jour, vous pouvez maintenant construire des paquets Arch64 et ppc64le. De plus, le compilateur Free Pascal prend en charge maintenant de nouvelles architectures. En conséquence, les programmes qui sont compilés en utilisant FPC sont disponibles pour fonctionner sur plus d’architectures que celles prises en charges par Fedora.

Adoption du format sysusers.d

Auparavant, les utilisateurs étaient créés dans la section %pre en appelant les commandes getent, useradd, et groupadd.

Avec cette mise à jour, les utilisateurs sont définis dans le format sysusers.d. Elle ajoute un paquet rpm Provides generator pour créer des Provides virtuels user(<name>) et group(<name>) pour les paquets avec des fichiers sysusers.d.

Un paquet rpm Provides est ajouté pour générer user(<name>) et group(<name>) pour les paquets avec des fichiers sysusers.d.

En tant qu’avantage :

  • Les paquets déclarent les utilisateurs du système en utilisant une syntaxe uniforme.

  • Les scriptlets sont plus standardisés.

  • Les administrateurs peuvent facilement inspecter la liste des utilisateurs du système et trouver quels paquets nécessitent des utilisateurs.

  • Les administrateurs peuvent facilement outrepasser les définitions des utilisateurs du système en fournissant des fichiers sysusers.d appropriés avec une priorité plus élevée.

    Les utilisateurs sont toujours créés en utilisant les anciens appels useradd.

Utilisation limitée des scriptlets dans les paquets de base

Dans Fedora 32, tous les appels de scriptlets (%pre, %post, %preun, %postun) des paquets de base (paquets qui sont utilisés pour construire l’image du conteneur minimal) ont été supprimés. Cela signifie que l’ensemble du processus d’installation de l’image du conteneur est maintenant déclaratif et transparent pour les outils d’empaquetage tels que rpm, ostree, ou composer, l’installation est plus rapide, et le maintien de cette approche dans le futur permettra des optimisations et des fonctionnalités supplémentaires.

Les paquets peuvent toujours apporter des modifications au système pendant l’installation en plaçant des fichiers dans des endroits spécifiques qui déclenchent des actions.

Rétablissement plus rapide des situations de faible mémoire dans la station de travail Fedora

Le service earlyoom est maintenant activé par défaut dans Fedora Workstation.

Le service « earlyoom » surveille l’utilisation de la mémoire système. Si la mémoire libre tombe en dessous d’une limite fixée, earlyoom met fin à un processus approprié pour libérer de la mémoire. Par conséquent, le système ne reste pas longtemps sans réponse dans les situations de faible mémoire.

Ce qui suit est la configuration par défaut pour « earlyoom » :

  • Si la RAM et la swap descendent en dessous de 10 % de libre, earlyoom envoie le signal SIGTERM au processus ayant le plus grand oom_score.

  • Si la RAM et la swap descendent en dessous de 5 % de libre, earlyoom envoie le signal SIGKILL au processus ayant le plus grand oom_score.

Pour plus d’informations, consultez la page man de « earlyoom ».