Utilitaires système

Bazaar a été remplacé par Breezy

Dans Fedora 32, le paquet breezy de système de contrôle de version obsolète les paquets bzr et git-remote-bzr liés au système de contrôle de version Bazaar. En conséquence, les utilisateurs qui installent bzr auront breezy à la place. La commande bzr (Bazaar) sera fournie comme un lien symbolique vers la commande brz (Breezy).

MariaDB 10.4

Fedora 32 fournit le paquet mariadb 10.4, mis à jour de la version 10.3 dans Fedora 31.

Parmi les changements notables :

  • Les utilisateurs root et mysql peuvent se connecter sans mot de passe en utilisant le greffon d’authentification unix_socket.

  • Possibilité d’utiliser plusieurs greffons d’authentification pour chaque compte utilisateur.

  • Prise en charge de l’expiration du mot de passe de l’utilisateur.

  • Mise en œuvre de l’optimiseur trace.

  • Augmentation des performances dans les collations Unicode.

  • Diverses modifications à la syntaxe, aux variables et au moteur de stockage InnoDB.

Pour des informations complètes sur cette version, consultez notes de publication officielles de MariaDB.

rdiff-backup 2.0.0

Cette nouvelle version a été rendue prête pour le futur, avec un passage à GitHub, la prise en charge de Python 3, un pipeline CI/CD automatisé sur Travis, la disponibilité sur PyPi et aucun bogue de régression connu par rapport aux versions 1.2.8/1.3.3.

Nous avons même trouvé le temps d’ajouter quelques fonctionnalités pour vous (détails dans le journal des modifications) :

  • Le traitement des fichiers sparse est devenu plus efficace sur les systèmes de fichiers qui le prennent en charge.

  • Plus de formats de fichiers compressés sont conservés tels quels.

  • Jetez un œil à l’option --no-fsync pour améliorer la rapidité de la sauvegarde (contre un risque de perte de données légèrement accru).

  • Des constructions reproductibles sont possibles.

  • La verbosité peut être définie via la variable d’environnement RDIFF_BACKUP_VERBOSITY.

D’un autre côté, nous devons dire qu’en raison des nombreux changements, rdiff-backup 2.x ne peut pas communiquer avec les anciennes versions 1.x en mode client-serveur (mais les formats du dépôt restent compatibles), vous devrez donc mettre à niveau le client et le serveur en même temps.

Ce qui nous amène à l’installation, décrite en détail dans le lisez-moi, mais voici un récapitulatif rapide :

  • Sur Fedora 32, dans cette distribution.

  • Sur Fedora 30 et 31, disponible en tant que mise à jour.

  • Sur CentOS/RHEL 7 et 8, disponibles sous forme de mise à jour sur EPEL

  • Sur Ubuntu, vous pouvez utiliser le dépôt PPA d’Otto.

  • Sur Windows, téléchargez rdiff-backup-2.0.0.win32exe.zip ici et décompressez-le quelque part dans votre PATH.

  • Sur toute autre plateforme prise en charge, utilisez pip install rdiff-backup (ou téléchargez et installez le paquet approprié à partir https://github.com/rdiff-backup/rdiff-backup/releases/tag/v2.0.0 [d’ici]).

Si vous rencontrez des problèmes, connectez-vous sur Bugzilla, contactez-nous sur la liste de diffusion rdiff-backup-users ou signalez le problème.

Bonne sauvegarde, et n’oubliez pas : pas de sauvegarde, pas de pitié !

Paquet apt rebasé sur apt-rpm de Debian

Avant Fedora 32, le paquet apt n’utilisait pas le logiciel apt de Debian, mais plutôt le fork apr-rpm. Il avait l’avantage de permettre aux utilisateurs d’utiliser les commandes apt-get dans le terminal et de les utiliser pour installer des paquets provenant des dépôts DNF de Fedora. Cela a été utile parce que beaucoup de tutoriels en ligne utilisent apt-get.

En faisant passer le paquet apt de Fedora de apt-rp. au apt normal, nous passons d’un mort à un vivant en amont. Nous comblons également les failles de sécurité et introduisons une dépendance critique pour plus de paquets de l’écosystème DPKG. Il est déjà possible de construire des paquets Deb dans Fedora, y compris avec pbuilder, un équivalent de mock dans l’écosystème DPKG, cependant pbuilder utilise debootstrap pour fournir un environnement de construction. Bien que nous puissions perdre la possibilité d’installer des paquets Fedora à partir de la ligne de commande, nous ouvrons également la porte à sbuild, un autre équivalent de mock pour construire des paquets Deb dans un environnement propre. Ce changement offre plus d’options pour cibler les systèmes Debian et dérivés sans quitter la zone de confort de Fedora.